L’impact des matières toxiques sur notre santé

Créé(e): 21/12/2014 - 17:00

En médecine naturelle, on dit souvent qu'il est nécessaire de changer ses amalgames au mercure à cause de leur toxicité.
Cependant attention beaucoup de résines dentaires de remplacement sont tout aussi toxiques...

Chaque personne réagit différemment face aux agents toxiques, mais on reconnait que certaines expositions chroniques peuvent déclencher des maladies environnementales, tel que le mésothéliome, cancer causé par l’intoxication à l’amiante. Malheureusement, force est de constater que depuis le scandale de l’amiante, nous continuons à être tous confrontés quotidiennement à des produits chimiques, qui nuisent à notre santé et font augmenter de façon exponentielle, les allergies, les maladies dégénératives, auto-immunes, etc.

Chaque jour des lobbies industriels arrivent sans difficulté à mettre sur le marché de nouveaux produits toxiques sans se soucier de la santé des gens. Une quantité innombrable de produits chimiques envahissent notre quotidien à notre insu. Un livre édifiant sur ce sujet, que je conseille vivement est « 24h sous influences » de Gérard Lenglet, dans lequel il évoque tout ce que les industriels inventent pour nous intoxiquer au quotidien, il parle notamment des traitements chimiques des matelas (perfluorés, retardateurs de flamme fluorés, antimoine, etc), sujet ignoré par nos contemporains, qui passent beaucoup de temps sur leurs matelas. Pour pallier à cela, il existe des matelas fabriqués en France en laine (www.ardelaine.fr ou www.cardelaine.fr).

Dans son dernier livre, il alerte sur les dangers des nanoparticules dans les vêtements, cosmétiques et aliments industriels, tels que les nano-argent, nano-aluminium, oxyde de zinc, dioxyde de silicium, une technologie en pleine expansion que l'on retrouve partout, même dans les médicaments.

Ces nanotechnologies entrent dans la composition des apprêts rendant les textiles ignifuges, hydrofuges, autonettoyants, anti-taches et anti-bactérien. Par exemple, tous les sous-vêtements, les vêtements de sport, les chaussures, les chaussettes sont traités aux nanoparticules d’argent, comme anti-bactérien pour éviter les odeurs de transpiration. Si l'on peut, il est sage d'opter pour des vêtements écologiques labellisés GOTS, car ce label interdit l'utilisation des métaux lourds, des formaldéhydes, des enzymes OGM et des amines cancérigènes et impose des exigences sévères concernant les rejets dans l’environnement et les résidus chimiques nocifs contenus dans le produit fini. Par exemple, le coton industriel relargue énormément dans l'environnement, car il est d’abord blanchi au chlore. Puis des résidus toxiques vont dans l'eau lors des lavages successifs de vos vêtements, car la plupart sont importés et sont de fait traités avec des produits interdits dans l’UE, tels que les colorants azoïques et les teintures aux métaux lourds (chrome, cadmium, vanadium,…), parfois même sur des habits en coton bio, mais teintés avec ces produits toxiques.

Vous avez choisi l’Amap, car vous êtes conscients de la problématique des pesticides, engrais de synthèse et additifs alimentaires dans l’industrie agro-alimentaire.
Je souhaiterais attirer votre attention sur une autre source de pollution, à laquelle on ne pense pas. Comme d’autres personnes soucieuses de leur santé, j’ai fait enlever tous mes amalgames dentaires (appelés « plombages ») en 2005, en raison de la toxicité de ces alliages, notamment dû à la présence de mercure. Je les ai remplacé par des résines blanches pensant qu'elles étaient constituées de céramique naturelle, mais en fait elle ne sont pas si inoffensives que cela.

En fait, la plupart des résines dentaires composites sont constituées de molécules monomères, notamment le TEGDMA (tri-éthylène-glycol-di methacrylate) et le HEMA. Durant la pose, lors du processus de polymérisation (avec la lampe à polymériser), le taux de conversion se situe entre 30 à 80% de molécules polymérisées selon les résines. Ce qui signifie qu’une partie des monomères résiduelles restent libres sur la surface de la résine et sont donc susceptibles d’être relarguées dans la salive. *)
Il s’agit donc de matériaux qui ont la capacité d’interférer et de dégrader le milieu biologique où ils sont implantés, notamment parce qu’ils sont cytotoxiques (toxiques pour les cellules).

Heureusement, il existe depuis quelques années, des résines composites sans TEGDMA, ni HEMA, véritable alternative biocompatible aux amalgames, telle que la résine ELS de Saremco, celle que je porte.

*) « TEGDMA et Bisphenol-A : même niveau de risque en médecine dentaire ? » Jean-Marc Meyer
Professeur émérite, Université de Genève, ancien responsable de la Division de Technologie des Biomatériaux dentaires.

Je propose des soins en médecine chinoise à Viry : www.essence-ciel.org
Je pratique l’acupuncture, la moxibustion, le massage, la phytothérapie chinoise, ainsi que la diététique.

N’hésitez pas à me contacter pour de plus amples renseignements.

Commentaires

Portrait de Filou

Soumis par Filou le

Article bien remanié! Non pas que la version précédente n'était pas intéressante, mais celle-ci est sans doute plus "digeste" pour le plus grand nombre. Bonne illustration aussi et, "last but not least", ton mail en référence est une excellente chose! Songe à faire de temps en temps une petite piqure de rappel...

Filou

à propos de l'auteur

Flore